À propos de l'auteur : admpg35

Écrit par admpg35

0

Soutien aux agents de la ville de Dinard

téléchargement (1)

(photo : Le Pays malouin)

Le comité Nord du Parti de Gauche d’Ille-et-Vilaine apporte son soutien et se met à disposition des agents de la ville de Dinard qui se mobilisent contre la détérioration de leur rémunération.

En effet, ceux-ci voient leurs primes mensuelles diminuer, parfois de plusieurs centaines d’euros ; alors qu’en parallèle les conditions de travail régressent faute de moyens suffisants. Madame la Maire, Martine Craveia-Shütz, applique une rigueur budgétaire en s’en prenant aux personnels.

Pourtant, ceux-ci sont indispensables dans la vie quotidienne des Dinardais puisqu’ils agissent dans de nombreux domaines (routes, jardins, gestion des bâtiments publics, marchés, écoles…). Les baisses de dotation de l’État, nocives, ainsi que le nouveau régime indemnitaire n’excusent pas tout, il y a là une véritable volonté de baisser les salaires.

C’est pourquoi le Parti de Gauche appelle à soutenir les actions de ces salariés, à l’instar de leur rassemblement du mercredi 18 janvier qui a réuni plus de 200 personnes devant la Mairie de Dinard. Le prochain rassemblement est fixé devant le Conseil Municipal le 31 janvier à 19H.

0

L’hôpital de Cancale à nouveau victime des politiques d’austérité

trois-jours-de-greve-lhopital-des-pres-bosgers-de-cancale

(photo : Ouest-France)

L’histoire se répète. L’hôpital de Cancale, spécialisé dans l’accueil des personnes âgées en situation de dépendance ainsi que dans le suivi des patients après leur hospitalisation, est à nouveau victime de coupes budgétaires.

Comme en 2008, ce petit hôpital de proximité est menacé de dégradations des conditions de travail, suite à des suppressions de postes. 60% des salariés se sont donc mis en grève pour trois jours, les 15, 16 et 17 juin. Menés par la CFTC, ils débrayent et manifestent.

Les politiques d’austérité, notamment au travers du Plan Santé du Gouvernement qui prévoit 22 000 suppressions de postes dans la santé, ont des effets très négatifs en termes de qualité de travail pour les salariés mais aussi de qualité de service public pour les usagers.

Le Comité Nord du Parti de Gauche 35 soutient les salariés de l’hôpital de Cancale et condamne à nouveau des politiques publiques non seulement injustes socialement mais en plus inefficaces économiquement.

0

Violences policières et fermeture du collège Surcourf : Conseil départemental et Préfecture contre les Malouin-e-s !

Cj8HOzJWkAA2KUG(photo d’une enseignante)

Le Comité de St-Malo du Parti de Gauche déplore la décision du Conseil Départemental de fermer le collège public Surcouf du quartier de la Découverte à St-Malo.

Bien sûr, la baisse démographique et les problèmes de mixité sociale dans les quatre collèges de la ville nécessitaient des aménagements. Malheureusement, c’est au seul collège de quartier populaire qu’on s’en prend, oubliant l’impérieuse nécessité d’un service public de proximité. Il est certain que les problèmes démographiques ne se régleront pas en fermant des écoles qui pourraient pourtant attirer des familles vers St-Malo.

Face à cela, une centaine de parents d’élèves et d’enseignants se sont rassemblés pacifiquement pour protester contre la fermeture, le 2 juin au matin. Les forces de l’ordre ont procédé à une dispersion des manifestants dans une violence plus que disproportionnée. Onze enfants ont été blessés à l’occasion dont trois qui ont dû être amenés à l’hôpital pour des jambes ou poignets cassés. Les violences policières sont dans une phase de banalisation inquiétante ; la politique autoritaire et répressive du Préfet doit être fermement condamnée.

0

Mobilisation contre la fermeture d’un collège public à Saint-Malo,

college-chateaubriand-saint-malo-1354715579

La décision du Conseil départemental est tombée, un des deux collèges entre Chateaubriand et Surcouf à Saint-Malo doit fermer à la rentrée 2017.

Pourtant, ces deux collèges ne couvrent pas la même zone ; alors que le premier est dans le quartier de la Rocabey, le second est implanté à la Découverte. L’un comme l’autre sont décrits comme des collèges dynamiques, à la fois par les personnels y travaillant mais également par les parents d’élèves. Surcouf propose des activités originales afin de permettre aux élèves en difficultés avec le système scolaire d’apprendre différemment, quand Chateaubriand est implanté sur un territoire en plein développement économique.

L’argument invoqué est le sous-effectif au sein des collèges publics malouins ; Chateaubriand comprenant par exemple 500 places pour 250 élèves. C’est une réalité. Cependant, la baisse démographique est un phénomène important à Saint-Malo depuis de nombreuses années, malgré les politiques de logement social par exemple. Fermer un collège désincitera un peu plus les familles à venir s’installer dans cette ville.

Rappelons que le l’éducation nationale, comme les autres services publics, n’a pas pour objectif d’être « rentable » ou « rentabilisé ». Il doit prioritairement répondre à un besoin ; besoin bien présent concernant les collèges Surcouf et Chateaubriand.

C’est pourquoi le Parti de Gauche soutient l’appel lancé par les parents d’élèves de Surcouf à se rassembler le lundi 9 à 16H45 devant le collège.

0

Soutien au directeur et aux salaries du Laboratoire de la mer à Saint-Malo

images

Le 12 avril, le directeur du Laboratoire de la mer, situé à Saint-Malo, leader mondial du spray nasal, a été licencié en quelques minutes. Olivier Bertaud a en effet été contraint par les actionnaires étasuniens, en visite dans l’entreprise, de quitter les lieux immédiatement sans motif apparent. Ils lui ont même conseillé de quitter la ville.

Pourtant, cette entreprise familiale a de bons résultats financiers grâce notamment à son produit phare : le physiomer. Rapidement les 130 salariés se sont solidarisés de leur directeur ; ils se sont mis en grève jusqu’à obtenir des garanties de la nouvelle direction.

Cette situation démontre implacablement l’absurdité du système économique actuel au sein duquel il devient de plus en plus compliqué pour les petites entreprises de résister aux grands groupes internationaux qui rachètent des entreprises uniquement dans une perspective de profits, sans aucune vision industrielle.

C’est le cas du Laboratoire de la mer, racheté en 2010 par une entreprise belge, elle-même rachetée en 2015 par le grand groupe pharmaceutique étasunien Perrigo. Pourtant les actionnaires ne sont pas experts en sprays nasaux ; les vrais experts se sont les salariés et le directeur ! Si ces derniers perdent le contrôle opérationnel de l’entreprise, des jours sombres s’annoncent.

Le Parti de Gauche de Saint-Malo soutient donc Olivier Bertaud et les 130 salariés du Laboratoire de la mer dans leur demande de réintégration du directeur ainsi que dans leurs exigences de non délocalisation.

0

Loi travail, à St-Malo on continue la mobilisation !

Saint-Malo-20150827-00477[1]

Après les journées de mobilisation des 9, 17, 31 mars et 9 avril, qui ont rassemblé des milliers de personnes à St-Malo dont beaucoup de jeunes, nous devons amplifier et diversifier la lutte contre la loi travail.

Bien sûr la date du 28 avril est cruciale puisque l’ensemble des syndicats y appellent et que les vacances scolaires seront terminées. Nous nous joignons évidemment à cet appel.

La « Nuit debout » qui existe un peu partout en France doit s’enraciner à St-Malo. Cet espace de discussion, autogéré par les citoyen-ne-s permet la tenue de nombreux débats, d’ateliers constituants, mais aussi de projections de films, de concerts, de repas … Il est grand temps que les Malouin-e-s (re)prennent l’espace public eux/elles-aussi !

C’est pourquoi nous appelons toute personne qui en a marre de ce système qui entravent les principes-même de la démocratie, du droit social, du vivre-ensemble, de l’environnement etc à participer à ces espaces et contribuer à imaginer l’alternative politique en se rassemblant samedi 19 avril à partir de 19h place Chateaubriand.

0

Pour le maintien de la revue « Place publique »

8301007-12993276

(photo : Radiolaser)

La revue d’urbanisme Place Publique Rennes/St Malo va cesser, après son prochain numéro, de paraître. Ce sera son 40ème et dernier numéro. Cette revue a été créée en 2009. Elle regroupe, autour des thèmes de ces deux villes, des contributions d’universitaires, d’urbanistes, de sociologues, d’historiens. Place Publique a publié en 7 ans 6118 articles et documenté 515 dossiers thématiques. De belle façon, elle est pourvue d’une iconographie riche et instructive. La cessation de parution est liée au désengagement financier de l’aide apportée à cette revue par Rennes Métropole.

Pourtant, la présence d’une telle revue est utile et nécessaire. Elle articule passé et présent, immédiateté et recul. Elle réunit autour de l’objet urbain différentes disciplines de pensée. Construire, accroître une cité  c’est bien sûr une question de volonté politique, de choix mais aussi d’analyse de regard critique et surtout de retour d’expérience et  de mise en perspective. La Revue Place Publique va manquer, va nous manquer. Le défi urbain qu’il faut relever est trop important, trop source d’enjeux et de périls pour se passer du regard d’hommes et de femmes aux compétences qui leur permettent  de mettre, à leur façon, sur la place publique la science urbaine et ses débats. L’apport d’une telle revue est pour l’action fondamental. Nous nous battons pour une ville de réelle mixité sociale, non gentrifiée. Les comités de Rennes et de St-Malo du Parti de Gauche, convaincus qu’un urbanisme pour tous, social et durable, passe  aussi par une analyse continue, documentée et critique, sont prêts à se joindre à toute initiative pour faire vivre cette revue.

0

Soutien à Radio Sing Sing !

Radio_Sing_Sing_logo

Le Parti de Gauche soutient la fréquence 96.7 FM, Radio Sing Sing, qui diffuse dans tout le pays de St-Malo. En effet, depuis le 27 janvier cette station n’émet plus que sur internet.

En cause, un contentieux au sein du couple établi à Saint-Coulomb qui s’en occupait. Mais surtout, une décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, remontant à plusieurs mois, d’attribuer la fréquence à une autre station, Radio Bonheur, dans le cadre de la remise en jeu quinquennale des contrats attribuant les fréquences.

Le Parti de Gauche n’a pas vocation à privilégier telle ou telle station mais tient à affirmer son soutien à Radio Sing Sing qui, en plus de ne diffuser aucune publicité, est une vraie station locale, soutenue par la population. En effet, une pétition en sa faveur a déjà récolté 11 000 signataires, et des concerts de soutien ont été très prisés.

La diversité des stations de radio participe de la diversité culturelle, c’est un atout qu’il faut préserver. Treize stations de radios sont diffusées dans le Pays de St-Malo alors que, techniquement, il pourrait y en avoir jusque 51. Radio Sing Sing tout comme Radio Bonheur ont donc largement leur place, le CSA doit reconsidérer ce dossier.

0

TIMAC : L’ARGENT N’A PAS D’ODEUR !

saint-malo.le-groupe-roullier-recrute-600-nouveaux-collaborateurs

Pour les malouins le groupe Roullier, ce sont des emplois et les désagréments quotidiens liés à son activité : odeurs nauséabondes, poussières et autres particules fines.

Mais il ne faudrait pas oublier que les affaires sont les affaires ; et les principes de la concurrence peuvent souffrir de quelques entorses. Ainsi l’entreprise malouine vient d’être condamnée en appel par la commission européenne à 60 millions d’€ pour entente sur les prix .

Nous comprenons donc que la multinationale malouine a « joué », au risque de perdre 60 millions d’euros, mais dans l’espoir d’en gagner beaucoup au profit de ses propriétaires.

Les dénégations des dirigeants de la TIMAC, même si elles venaient à être confirmées lors d’un éventuel recours devant la Cour Européenne de Justice,n’empêcheront pas les malouins de demander que la TIMAC, dans le cadre de la Responsabilité Sociale dont elle se prévaut sur son site internet , consacre quelques millions d’euros à l’investissement dans des systèmes filtrants performants pour améliorer les conditions de travail de ses salariés et la qualité de vie des citoyens.