Soutien au directeur et aux salaries du Laboratoire de la mer à Saint-Malo

images

Le 12 avril, le directeur du Laboratoire de la mer, situé à Saint-Malo, leader mondial du spray nasal, a été licencié en quelques minutes. Olivier Bertaud a en effet été contraint par les actionnaires étasuniens, en visite dans l’entreprise, de quitter les lieux immédiatement sans motif apparent. Ils lui ont même conseillé de quitter la ville.

Pourtant, cette entreprise familiale a de bons résultats financiers grâce notamment à son produit phare : le physiomer. Rapidement les 130 salariés se sont solidarisés de leur directeur ; ils se sont mis en grève jusqu’à obtenir des garanties de la nouvelle direction.

Cette situation démontre implacablement l’absurdité du système économique actuel au sein duquel il devient de plus en plus compliqué pour les petites entreprises de résister aux grands groupes internationaux qui rachètent des entreprises uniquement dans une perspective de profits, sans aucune vision industrielle.

C’est le cas du Laboratoire de la mer, racheté en 2010 par une entreprise belge, elle-même rachetée en 2015 par le grand groupe pharmaceutique étasunien Perrigo. Pourtant les actionnaires ne sont pas experts en sprays nasaux ; les vrais experts se sont les salariés et le directeur ! Si ces derniers perdent le contrôle opérationnel de l’entreprise, des jours sombres s’annoncent.

Le Parti de Gauche de Saint-Malo soutient donc Olivier Bertaud et les 130 salariés du Laboratoire de la mer dans leur demande de réintégration du directeur ainsi que dans leurs exigences de non délocalisation.